L’art d’interpréter les obsessions par rapport à l’art d’interpréter les rêves

Dans le grand texte des cinq psychanalyses, Freud a entrepris de décrire l’Histoire de l’Homme aux rats, faisant ainsi la magnifique approche théorique et surtout clinique de ce qu’est la structure d’une névrose obsessionnelle.

Dans ce texte, il rédige un paragraphe ayant pour titre « quelques obsessions et leur explication »1 Continuer la lecture de L’art d’interpréter les obsessions par rapport à l’art d’interpréter les rêves

Du désir insatisfait de l’hystérique au désir impossible de l’obsessionnel

 Liliane Fainsilber

 Dans cette séance du 14 mai 1958 Lacan commence une approche de la structure de la névrose obsessionnelle en prenant appui sur les trois textes de Maurice Bouvet qui méritent tous trois une lecture approfondie.

Ce sont respectivement, « Le moi dans la névrose obsessionnelle », « Importance de l’aspect homosexuel du transfert dans le traitement de quatre cas de névrose obsessionnelle masculine », « Les incidences thérapeutiques de la prise de conscience de l’envie du pénis dans la névrose obsessionnelle féminine ». Continuer la lecture de Du désir insatisfait de l’hystérique au désir impossible de l’obsessionnel

Une maladresse de style comme formation de l’inconscient

Je vous propose à la lecture une petite  formation de l’inconscient qui, je crois,  n’a jamais été encore décrite : celle d’une maladresse de style qui n’est pas en mon honneur : Nous étions  entrain de travailler,  dans notre groupe de lecture des cinq psychanalyses, le début du texte de l’Homme aux rats. Freud essaie de décrire le mieux possible le grand délire obsessionnel de Ernst Lanzer, toutes les prouesses qu’il a du faire pour tenter de rembourser une dette qu’il n’avait jamais contractée  au lieutenant A.  Continuer la lecture de Une maladresse de style comme formation de l’inconscient

C’était un jour de grandes manœuvres – Le texte de l’Homme aux rats

 

Début du récit de la grande obsession des rats

Au cours de cette deuxième séance, Ernst va se décider à parler de ce pourquoi il est venu, ce qu’on appellera sa grande obsession des rats. Elle se trouve décrite dans ce qu’on a nommé Journal d’une analyse.

Au cours de ce récit plusieurs fils vont venir d’entremêler en un écheveau difficilement compréhensible, tout au moins en ce début d’analyse, et il faut toute la patience et la vive intelligence de Freud pour arriver à s’y retrouver. C’est l’intérêt de ce compte-rendu des séances de pouvoir en suivre le récit tel qu’il s’est présenté, avec ses incohérences et ses parties élidées et surtout l’apparition d’une flambée de transfert, où Freud devient, même s’il ne le souhaite pas tellement, dès cette seconde séance, le « capitaine cruel ». Continuer la lecture de C’était un jour de grandes manœuvres – Le texte de l’Homme aux rats

Du blanc seing de la mère aux insignes du père

 

 

  Comment inscrire les trois identifications freudiennes sur le graphe du désir ?

 Lacan annonce que dans ces derniers séminaires des formations de l’inconscient il va se consacrer, avec l’aide du graphe du désir, à la seconde topique de Freud avec donc entre autre la question de l’identification et ses trois formes : L’identification primaire narcissique, première forme d’identification par incorporation, l’identification à un petit trait de l’objet, qui est celle à l’objet d’amour abandonné, la troisième étant cette identification hystérique au désir de l’Autre, celle des amies de pensionnat, ou encore celle de la Belle Bouchère identifiée à son amie, celle qui aimait le saumon. Continuer la lecture de Du blanc seing de la mère aux insignes du père

Les méfaits du Surmoi, dans la mélancolie, la névrose obsessionnelle et l’hystérie

eng1868Dans son texte de l’Homme aux rats, Freud décrit la « compulsion au suicide » de son analysant, Ernst Lanzer, sous deux formes, l’injonction d’avoir à se trancher la gorge et l’injonction de se faire maigrir à toute force, compulsion qui se transforme ensuite en ordre de se jeter du haut d’une falaise.
Freud reprend cette question des désirs de suicide, Continuer la lecture de Les méfaits du Surmoi, dans la mélancolie, la névrose obsessionnelle et l’hystérie

Le désir évanescent de l’obsessionnel

Lacan continue son approche de la structure de la névrose obsessionnelle avec le graphe du désir, dans cette séance du 21 mai 1958. C’est dans ce chapitre qu’il décrit l’obsessionnel comme un Tantale, celui qui ne peut accéder à l’objet de ses désirs. Continuer la lecture de Le désir évanescent de l’obsessionnel

L’absurdité dans les rêves et les obsessions

La question de l’absurdité apparente des obsessions est abordée par Freud dans sa grande étude de la névrose obsessionnelle avec l’histoire de l’Homme aux rats.
Dès les premières phrases de ce paragraphe du texte qui a pour titre « Quelques obsessions et leur explication » , Freud nous explique que tout comme pour le rêve il ne faut pas se laisser impressionner par l’apparente absurdité et incohérence de ces obsessions : « On fait bien de ne jamais se laisser troubler, dans cette tâche de la traduction des obsessions, par leur apparente absurdité ; les obsessions les plus absurdes et les plus étranges se laissent résoudre si on les approfondit dûment. » Continuer la lecture de L’absurdité dans les rêves et les obsessions