Des mises à mal de la fonction paternelle dans le champ social

“Bon sang ne saurait mentir”. Ce dicton était encore il y a quelque temps une métaphore poétique qui inscrivait ainsi dans la lignée paternelle un fils ou une fille qui héritait donc des qualités de ses ancêtres dans les différents champs possibles que nous offre la civilisation, celui de l’art, de la politique ou de la science.

De nos jours, ce dicton a perdu sa portée métaphorique, il doit être pris à la lettre, ce bon sang qui ne saurait mentir est celui des tests de paternité. Continuer la lecture de Des mises à mal de la fonction paternelle dans le champ social

L’introduction du texte de l’homme aux rats

conq-bt-confrontation1

 

 

 

 

 

 

 

En guise d’introduction, Freud présente donc les deux points qu’il compte développer, d’une part une approche « fragmentaire » de l’histoire clinique de l’Homme aux rats avec le récit de sa grande appréhension obsédante, sa crainte que son père et sa Dame n’aient à subir le supplice des rats, d’autre part une approche théorique de ce qu’est une « compulsion », « quelques brèves notions sur la genèse et les mécanismes subtils des phénomènes de compulsion psychique ». Continuer la lecture de L’introduction du texte de l’homme aux rats

Du bon usage du désir de guérir

Un terme qui a mauvaise réputation

Dès que les analystes entendent ce mot « guérison », ils font la fine bouche. Cette guérison a en effet mauvaise réputation. Certes dans leur réprobation, ils trouvent appui aussi bien sur les recommandations de Freud, sa mise en garde contre les dangers de la furor sanandi, de la rage de guérir, que sur le dire de Lacan concernant la guérison de surcroît, guérison obtenue comme un effet latéral de la psychanalyse, guérison qui n’en est pas la visée première, le but. Continuer la lecture de Du bon usage du désir de guérir

Premier transfert : Freud revêt l’uniforme du Capitaine cruel

kleeNous commençons donc à lire la partie C/ du texte de Freud intitulé « La grande appréhension obsédante »(l’Homme aux rats, Les cinq psychanalyses). Freud commence par rapporter le récit de ses troubles que lui en avait fait Ernst, en lui donnant tout d’abord la parole. Continuer la lecture de Premier transfert : Freud revêt l’uniforme du Capitaine cruel