Les symptômes de l'Homme aux loups comme un appel désespéré à la castration symbolique - Le goût de la psychanalyse Le goût de la psychanalyse

Les symptômes de l’Homme aux loups comme un appel désespéré à la castration symbolique

 

Ce chapitre écrit par Ruth Mack Brunswick « Historique de la maladie actuelle » est un extraordinaire document clinique,  il devrait être utilisé comme test pour mesurer les dons d’interprétation de celui ou de celle qui souhaiterait devenir psychanalyste – je plaisante bien sûr –   par contre il important de souligner que pour s’y retrouver dans ce véritable imbroglio il est absolument nécessaire d’utiliser les trois registres lacaniens  du réel, de l’imaginaire et du symbolique et notamment de les utiliser à propos de ces fantasmes de castration imaginaire que l’Homme aux loups  essaie de faire réaliser dans le réel, par des opérations sur son nez ou sur ses dents, faute d’avoir pu effectuer, par rapport au désir de Freud, une vraie castration symbolique, castration qui consiste à séparer son désir du désir de l’Autre. En effet l’Homme aux loups est comme une mouche qui se débat en vain dans une immense toile d’araignée, celle du désir de Freud.

 

Freud est intervenu dans le réel de sa vie d’une part en lui accordant des subsides pour vivre et faire vivre sa femme, mais aussi il lui a écrit une lettre pour lui redemander à nouveau quelque chose concernant son rêve des loups. Ce qu’il lui demande c’est à nouveau une question de chronologie : avait-il vu, avant ou après son rêve,  l’opéra « La Dame de pique » ?

 

On a l’impression que Ruth Mack Brunswick a d’abord joué le rôle d’un scribe fidèle par rapport au foisonnement des symptômes de l’Homme aux loups, cependant elle est, très fine mouche, prise entre son ancien analyste, Freud, et son analysant. En effet  pour l’instant elle n’a encore rien indiqué de son propre travail et de ses interprétations, mais dans ce chapitre la  mise en page de ce texte est révélatrice : le corps du texte est consacré aux symptômes de l’Homme aux loups, tandis qu’une immense note est consacré au rôle de Freud dans « l’épanouissement » de ses symptômes : sa lettre envoyée le 6 juin 1926.

C’est dans cette note que l’on peut trouver en effet l’interprétation de ces symptômes avec les deux nouveaux souvenirs d’enfance que comme par hasard il a retrouvé en réponse à la lettre de Freud. Il faudra le démontrer mais tous ces symptômes sont de fait des appels désespérés à la castration symbolique que cet homme va chercher auprès des dentistes et des dermatologues faute de pouvoir la trouver auprès des psychanalystes.

 

 

Enregistrer



Laisser une réponse

*