Le rêve du piano au « mauvais son »

Il faut noter que le rêve de cette jeune femme hystérique fait partie de ces rêves que Freud a regroupés dans cette partie du chapitre «  Le récent et l’anodin » dans le rêve. Il part toujours de ce récent et de cet anodin pour interpréter ces rêves.

Voici le texte du rêve «  Son mari demande ne faudrait-il pas faire accorder le piano ? Elle : pas la peine, de toute façon il faut refaire les cuirs. Là encore répétition d’un événement réel du jour précédent […] Que signifie le fait qu’elle le rêve ? Elle raconte certes à propos du piano que c’est une caisse répugnante qui donne un mauvais son […] mais la clé de la solution n’est fournie qu’avec les mots pas la peine. »1

A propos de « L’Introduction à la psychanalyse », cet ouvrage de Freud

« Les mots faisaient primitivement partie de la magie, et de nos jours encore, le mot garde beaucoup de sa puissance de jadis. Avec des mots un homme peut rendre son semblable heureux ou le pousser au désespoir, et c’est à l’aide de mots que le maître transmet son savoir à ses élèves, qu’un orateur entraîne ses auditeurs et détermine leurs jugements et leurs décisions. »

Relire les cinq psychanalyses

Lacan va donc expliciter,  dans ce texte consacré à l’Homme aux rats, le mythe individuel du névrosé, en quoi l’Œdipe est le mythe au cœur de l’expérience analytique mais un mythe qu’il faut en quelque sorte compléter, complexifier, et même réactualiser.  Mais il commence par se lancer dans une sorte de justification de ce choix. : pourquoi faudrait–il revenir sur l’étude de ces cinq psychanalyses ? Les critiques ne manquent pas à ce propos et même encore de nos jours

Ces plaisirs de la bouche

Ce festin de Babette et ce festin de Juliette sont des rejetons de ce primitif désir, celui d’être une mère aimante et qui nourrit bien ses petits, ses petits et tous ses amants et amis, une manifestation sublimée de cette « satisfaction psychique privilégiée », l’un de ces bonheurs précieux que nous offre la vie.

Navigate