Une approche inattendue de la question de la jouissance féminine

 

Dans le séminaire de 9 janvier, de La relation d’objet, Lacan évoque ce qu’est « l’objet féminin  » et il précise d’emblée le problème qui est celui de savoir ce que cet objet en pense :  » Ce que l’objet féminin en pense c’est encore moins naturel que la façon dont le sujet masculin l’aborde. Ce que l’objet féminin en pense, à savoir quel est son chemin depuis ses premières approches de l’objet naturel et primordial du désir, à savoir le sein maternel. Comment l’objet féminin entre dans cette dialectique ? »
Lacan précise que si cette position est si inconfortable et  » fort peu naturelle  » c’est justement parce que cette position est prise par un sujet.
Sur ce chemin plein d’embûches, Lacan précise que  » l’homosexualité féminine se rencontre chaque fois que la discussion s’établit sur le sujet des étapes que la femme a à remplir dans son achèvement symbolique.  »
C’est la raison pour laquelle, en relisant ce cas rapporté par Freud, celui de la jeune homosexuelle, on peut constater à quel point elle montre le chemin à Dora, le chemin de sa féminité. Elle la devance en effet. Mais comme sa démarche est tout aussi inconsciente que celle de Dora, elle ne peut pas, pas plus qu’elle, se tirer d’affaire. Elle ignore en effet la vérité et la justesse de ce qu’elle met en scène, ce que peut être l’amour d’un homme pour une femme, une femme assumant sa privation phallique.
Mais pour mettre en évidence cette démonstration si brillante de ce que devrait être l’objet féminin pour un homme, je vous propose un détour, de retrouver ce que Lacan, relisant Freud, dit des deux choix d’objet d’amour. Continuer la lecture de Une approche inattendue de la question de la jouissance féminine

Exercice de style autour du Réel, symbolique et imaginaire noués par le symptôme

 

Lacan a introduit très tôt dans son enseignement ces trois catégories du Symbolique, de l’Imaginaire et du Réel comme étant trois catégories qui permettent de structurer ce qu’il en est de l’expérience analytique, de pouvoir s’y repérer de façon rigoureuse et surtout d’assurer ce qui est la fonction décisive du psychanalyste, l’interprétation.

Ce R.S.I en raccourci, est une gageure que nous avait proposée une participante à une liste de discussion consacrée à la psychanalyse : Peut-on dire, juste en quelques mots ce que sont ces trois catégories du Réel, du Symbolique et de l’imaginaire et comment ils sont noués par le symptôme ?

J’ai essayé de le démontrer à l’aide de trois exemples, trois traits d’esprit, ceux que Lacan a empruntés à Freud, et qu’il commente dans le séminaire des Formations de l’inconscient. Continuer la lecture de Exercice de style autour du Réel, symbolique et imaginaire noués par le symptôme

Un rêve masochiste

 

Christelle Prévôt

Suivre Freud de texte en texte pour comprendre son élucidation d’un rêve masochiste dans « L’Interprétation du rêve ».

Freud nous indique qu’une autre motivation des anti-rêves de désir prend sa source dans la composante masochiste de la constitution sexuelle de bien des gens, composante masochiste née du retournement en son contraire de la composante agressive sadique.

Ceux qui recherchent du plaisir dans l’humiliation et le tourment psychique sont des masochistes idéels et leurs rêves de déplaisir sont une satisfaction de leur inclination masochiste.

Vient ensuite l’exposition du rêve cité en exemple, il est composé de trois séquences :

1 – Que son frère aîné le « sekiert » (la traduction dit « tarabuste » voire « haché »)
2 – Que deux adultes se font des manières dans une intention homosexuelle  c’est une scène de séduction
3- Le frère a vendu l’entreprise dont il s’était réservé la direction pour son avenir
Le rêveur est un jeune homme qui a gravement tourmenté son frère auquel il était attaché par des tendances homosexuelles.

L’interprétation du rêve que nous donne Freud est la suivante : « C’est bien fait pour moi si mon frère m’infligeait cette vente , pour me punir de tous les tourments que je lui ai fait endurer. » Continuer la lecture de Un rêve masochiste

Le rêve du miroir incendiaire d’Archimède

Ce rêve, tout comme le rêve de « Rabbi Savonarole », est lui aussi mis tout d’abord en relation avec la périodicité de Fliess, celle des périodes de 28 et de 23 jours qui sont mises en lien respectivement avec la féminité ou la virilité. Cette périodicité Freud la réfute cependant à chaque fois, pour évoquer un événement de la veille qui a provoqué son rêve, en l’occurrence, cette fois-ci, le fait qu’il avait appris une mauvaise nouvelle, la suppression du lieu où il pouvait jusqu’alors donner ses conférences. Cela lui avait sans doute fait penser, écrit-il, à ses débuts de jeune médecin où on lui avait là aussi refusé toute aide d’où son appel à Archimède et à ses « miroirs incendiaires ». Lui saurait au moins lui trouver un lieu où parler de psychanalyse. Continuer la lecture de Le rêve du miroir incendiaire d’Archimède

Le rêve de « Rabbi Savonarole »

J’ai commencé à lire le chapitre qui suit « la défiguration du rêve ». Il a pour titre « Matériel et source du rêve ».

Avant de nous lancer dans la lecture du grand rêve de la monographie botanique, il y a trois petits rêves que Freud rapporte dans les notes de la page 206 et 207 sur lesquels nous pouvons nous arrêter même si, à une première lecture, j’ai l’impression que nous ne pourrons pas en tirer grand chose, tout au moins pour le premier, car il n’est pas interprété.  Pour moi, ce qu’ils m’ont surtout surtout évoqués ce sont ces fameuses « périodes » de 28 et de 23 jours qui soutiennent la thèse de la bisexualité humaine de Fliess. Par ces deux rêves, on constate que Freud commence à la critiquer, qu’il n’y croit plus trop.

En fait on s’aperçoit que dans ce contexte il n’utilise ces trois rêves que pour démontrer que la source du rêve est toujours à trouver dans un petit événement anodin survenu la veille et que de plus, c’est en suivant ce fil, ce petit reste diurne, qu’on peut le plus facilement et le plus vite arriver à son contenu latent.

Dans ces rêves, nous sommes d’abord transportés à Florence en compagnie de Savonarole, dans le second, à Syracuse auprès de la fontaine d’Aréthuse, en compagnie d’Archimède. Nous sommes à même d’apprécier l’immense culture de Freud mais aussi ses désirs belliqueux qui transparaissent notamment dans le dernier rêve.

Voici donc le premier, le rêve de « Rabbi Savonarole » : «  Quelque par en Italie. Trois filles me montrent des petits objets précieux ; du genre de ceux qu’on trouve chez les antiquaires, et là-dessus viennent s’asseoir sur mes genoux. A propos de l’une des pièces en question je dis : mais c’est moi qui vous ai fourni ça. Ce disant je vois nettement un petit masque de profil avec les traits taillés à la serpe de Savonarole. »

Après l’énoncé de ce rêve, Freud en effet ne se pose pas la question de son sens, mais celle de savoir quand il a vu la dernière fois le portait de Savonarole. C’était au cours de son dernier voyage en Italie, les 4 et 5 septembre… soit 28 jours avant son rêve, soit une période féminine, selon le petit délire de Fliess. Mais Freud rajoute que « par malheur pour la force démonstratrice de cet exemple », de fait dans la journée qui avait précédé ce rêve, il avait rencontré par hasard « un confrère très sérieux mais d’aspect sinistre » qu’il avait baptisé de ce sobriquet « Rabbi Savonarole » et que c’était donc cette rencontre qui avait provoqué son rêve. Du coup nous ne saurons rien des autres associations du rêve y compris celles de ces  trois filles qui étaient venues s’asseoir sur ses genoux  ! C’est bien dommage.

 

 

 

Une belle interprétation de deux rêves par August Stärcke

Claire Charlot

Dans L’interprétation des rêves, dans un petit paragraphe d’une douzaine de lignes situé vers la fin du chapitre sur la « déformation onirique », Freud nous présente un rêve de façon particulièrement elliptique, un rêve fait et analysé par August Stärcke. Il s’agit d’un rêve dont le caractère hautement non-désiré du contenu représenté est évident : « j’ai et je vois sur mon index gauche une affection syphilitique primaire de la dernière phalange ». Derrière cette horrible vision, l’analyse, nous dit Freud, a pourtant révélé la satisfaction de désirs fortement chargés d’affect en rapprochant le terme d’« affection primaire » du latin prima affectio qui signifie « premier amour ». Continuer la lecture de Une belle interprétation de deux rêves par August Stärcke

Un rêve qui semblait mettre en œuvre le contraire de la réalisation d’un souhait, et en même temps un exemple de rêve interprété par un autre rêve1.

Par August Stärcke, Willem Arntshoeve2 (Hollande).

Traduit par Claire Charlot [Crochets et notes de la traductrice]

Weygandt a soulevé contre Freud l’objection que beaucoup de rêves représentent directement le non-désiré. Bien que ce reproche ne puisse être fait que si la différence entre le contenu du rêve latent et manifeste est négligée, et a été réfuté par Freud lui-même dans la première édition de l’Interprétation des rêves au moyen d’exemples intéressants, étant donné les concepts merveilleusement tordus que certains experts chérissent encore sur ce chapitre, il peut être utile de communiquer un tel rêve dans lequel cette différence s’exprime nettement.

Un médecin rêve :

« J’ai et je vois sur mon index gauche une affection syphilitique primaire de la dernière phalange. »

Ce serait vraiment la dernière chose que l’on puisse souhaiter ! Le rêveur n’a jamais eu de syphilis. Une infection vénérienne serait aussi la chose la plus terrible qui pourrait lui arriver. Continuer la lecture de Un rêve qui semblait mettre en œuvre le contraire de la réalisation d’un souhait, et en même temps un exemple de rêve interprété par un autre rêve1.

Rêve de l’affection syphilitique

Pour terminer son paragraphe sur ce qu’il appelle les « anti-rêves de désir », Freud a emprunté à Auguste Stärke, un tout petit rêve qui a la grand mérite de livrer presque à nu les signifiants qui en constituent la trame. Freud s’est contenté de reprendre,  dans l’article de Stärke, les deux bouts de la chaîne des associations du rêveur, tout d’abord le texte du rêve puis  son interprétation.

Voici son contenu manifeste : «  J’ai et je vois sur mon index gauche une affection syphilitique de la dernière phalange »

Et son interprétation : « … on découvrira qu’affection primaire doit être mis en équation avec « prima affectio » (premier amour) et que le bubon repoussant, selon les mots même de Stärke « se révèle être le représentant de désirs fortement chargés sur le plan affectif ». Continuer la lecture de Rêve de l’affection syphilitique

Le rêve de celle qui souhaitait que Freud ait tort pour que son frère puisse avoir raison

Au point d’acmé de la résistance

En reprenant la lecture de chacun des rêves de la fin de ce chapitre « La défiguration du rêve », J’ai été tout d’un coup frappée par l’importance en effet que Freud accorde à l’intensité de la résistance que ses énonciations mobilisent à chaque fois, résistance qui se manifeste par le désir que Freud ait tort quant à sa thèse que le rêve est la réalisation déguisée d’un désir refoulé. Continuer la lecture de Le rêve de celle qui souhaitait que Freud ait tort pour que son frère puisse avoir raison

Un jeune médecin rêve qu’il a des problèmes avec le fisc et va payer «une amende salée »

Il s’agit,en ce début du mois de septembre de poursuivre le travail commencé et de lire, ligne à ligne et un par un, chacun des rêves de l’Interprétation du rêve dans la nouvelle traduction qui me semble plus littérale, plus exigeante de Jean-Pierre Lefebvre. C’est passionnant d’y retrouver tout ce qu’on peut découvrir de l’œuvre freudienne.   Pour l’instant nous en sommes au grand chapitre « la défiguration du  rêve », à la page 197. Il est important d’articuler ce rêve d’infanticide que nous avons déjà travaillé au suivant puisque le rêve de ce jeune médecin qui a des problèmes avec le fisc en reprend la même structure, ce que Freud appelle le « même mode de pensée ». Continuer la lecture de Un jeune médecin rêve qu’il a des problèmes avec le fisc et va payer «une amende salée »