Au cœur de l’expérience analytique, le mythe d’Œdipe

Au cœur de l’expérience analytique, se trouve le mythe d’Œdipe, mythe qu’il convient de reprendre, de compléter à partir de l’expérience que nous en avons. Ce texte « Le mythe individuel du névrosé » date de 1953. Il sera intéressant de le mettre en correspondance avec l’un des séminaires plus tardifs, celui d’un discours qui ne serait pas du semblant où il s’attaque résolument à ces deux mythes de l’Œdipe et de Totem et tabou, pour nous proposer d’y substituer une logique de l’écrit. Continuer la lecture de Au cœur de l’expérience analytique, le mythe d’Œdipe

« Le fantasme est essentiellement un imaginaire pris dans une certaine fonction de signifiant »

 

 

 

Suite de cette séance du 21 mai des formations de l’inconscient

Après avoir tracé entre les deux demandes, demande signifiée ou de satisfaction du besoin et la demande d’amour ou demande signifiante, se dessine ce champ du désir Continuer la lecture de « Le fantasme est essentiellement un imaginaire pris dans une certaine fonction de signifiant »

La marionnette du fantasme de l’obsessionnel

(Séance du 4 juin 1956)

Nous revenons après ce long détour de Lacan sur les identifications et sur la façon de les inscrire sur le graphe, à la question de l’importance de l’aspect homosexuel du transfert à partir du texte de Bouvet. Il va le centrer sur le point du fantasme. Continuer la lecture de La marionnette du fantasme de l’obsessionnel

Quand Freud occupe la place non pas du père mais du personnage dit de la femme riche

Lacan a donc posé – dans son texte « le mythe individuel du névrosé » -que le complexe d’Œdipe ne se réduit pas à trois personnages mais à quatre. Ils entrent tour à tour dans un quatuor Continuer la lecture de Quand Freud occupe la place non pas du père mais du personnage dit de la femme riche

Quelques caractères généraux des obsessions

Les élaborations théoriques de Freud sur la structure de la névrose obsessionnelle en 1910, au temps de l’Homme aux rats.

Nous abordons donc la partie des « Considérations théoriques » portant sur « quelques caractères généraux des obsessions ». On passe donc de la clinique, celle de la description des symptômes d’une névrose obsessionnelle singulière, celle d’Ernst Lanzer, à un travail d’élaboration sur les mécanismes propres à cette névrose, sur sa structure. Continuer la lecture de Quelques caractères généraux des obsessions

« délires » obsessionnels dans le texte de l’Homme aux rats

01520august20baillayre201879-196120-20natura20statica20cu20pestiDe ce que Freud en indique il me semble qu’on peut les définir comme étant une formation de compromis entre une obsession et une formation réactionnelle qui s’élève contre le surgissement de cette dite obsession, en tant que mécanismes de défense secondaire. C’est en somme une seconde tentative du désir inconscient pour se faire reconnaître et de même une seconde tentative du moi pour le refouler. Le symptôme est une formation de compromis entre ces deux tentatives. Continuer la lecture de « délires » obsessionnels dans le texte de l’Homme aux rats

La régression

8118090Page 258. des Cinq psychanalyses à propos de l’Homme aux rats, Freud traite de la régression, régression de trois sortes :
1 – régression de l’acte à la pensée
2- régression du stade phallique au stade sadique anal, avec intervention du voyeurisme et de la curiosité sexuelle (désir de voir une femme nue),
3- régression enfin de la relation d’objet à celle du corps propre avec un retour vers l’activité masturbatoire. Continuer la lecture de La régression

Les trois personnalités d’Ernst (dit l’Homme aux rats)

Il est quand même curieux que Freud achève ce grand texte d’étude sur la névrose obsessionnelle dans les cinq psychanalyses, sur cette évocation des trois personnalités d’Ernst étant donné la difficulté de définir ce terme. Continuer la lecture de Les trois personnalités d’Ernst (dit l’Homme aux rats)

« Les grands dons intellectuels des obsédés »

saorge-161Freud les qualifie ainsi dans la note de la page 258 des Cinq psychanalyses, dans le texte qu’il consacre à l’analyse de l’Homme aux rats. Ces « grands dons intellectuels des obsédés » sont liés par lui d’une part à la fixation et la régression au stade sadique anal qui est associée au voyeurisme et à la curiosité sexuelle, d’autre part à la régression de l’acte à la pensée Continuer la lecture de « Les grands dons intellectuels des obsédés »

Une lecture des « Considérations théoriques », à propos de l’Homme aux rats

1gruberNous abordons donc la partie des « Considérations théoriques » portant sur « quelques caractères généraux des obsessions ». On passe donc de la clinique, celle de la description des symptômes d’une névrose obsessionnelle singulière, celle d’Ernst Lanzer, à un travail d’élaboration sur les mécanismes propres à cette névrose, sur sa structure. Continuer la lecture de Une lecture des « Considérations théoriques », à propos de l’Homme aux rats