Freud

Rêve du hanneton pour démontrer la condensation du rêve

J’ai travaillé ce rêve il y a bien longtemps, ce rêve qui peut être appelé «  rêve des scarabées de mai ». Dans cette version, J.P Lefebvre le traduit par « rêve du hanneton » ( p. 331). Peu importe, ce sont des coléoptères. Il y a plein d’autres bestioles dans ce rêve, y compris la petite mite que sa fille laisse se noyer dans son verre d’eau sans la sauver de la noyade et la regrette amèrement le lendemain matin. Freud a souvent indiqué que pour l’inconscient, la vermine, les insectes, les petits animaux, rats, souris et autres représentent des petits enfants qui sont donc plus ou moins à faire disparaître.

Il nous présente en peu de mots la rêveuse : « une dame déjà âgée soumise au traitement psychanalytique ». Elle souffre d’accès d’angoisse très pénibles et « comme il arrive habituellement dans ces cas, ses rêves présentent quantité de pensées d’origine sexuelle ».

Nous voici donc mis au parfum. Suit le contenu manifeste de ce rêve : « Elle se rappelle qu’elle a deux hannetons dans une boîte ; elle veut les mettre en liberté, parce que sinon ils vont étouffer. Elle ouvre la boite, les hannetons sont tout épuisés ; l’un d’eux s’envole par la fenêtre ouverte, l’autre est écrasé par le battant de la fenêtre au moment où elle la ferme, comme quelqu’un le lui demandait (manifestations de dégoût). »

« Un beau rêve »

Dans ce chapitre VI, «  Le travail du rêve », pour décrire ce qu’est le mécanisme de formation du rêve qu’est la condensation Freud prend appui sur trois rêves, le rêve de la monographie botanique qui lui sert en quelque sorte de modèle, puisqu’il est déjà interprété, et deux autres rêves qu’il va interpréter devant nous, celui intitulé « un beau rêve » et aussi le rêve d’une femme obsessionnelle, nommé « rêve du hanneton » ( Bientôt on ne saura même plus ce qu’est un scarabée ou un hanneton, ils auront tous disparu).

Ces deux rêves ont un grand intérêt parce qu’on voit comment Freud s’y prend pour analyser les rêves qui ne sont pas les siens. Comment il y intervient avec ses propres associations notamment.

De plus ce qui sert de fil de lecture de ces pages sur le travail du rêve, ses procédés de fabrication, ce sont ces vers de Goethe sur les mille et un fils d’un tissage :

« Une poussée du pied mobilise mille fils,

Et les navettes filent par-dessus, par-dessous,

Les fils s’écoulent sans qu’on les ait vus,

D’un coup mille liens entre les fils se nouent. »

Voici le texte de ce « Un beau rêve »

«  Une voiture l’emmène, en nombreuse compagnie, dans la rue X. où se trouve une modeste auberge-pension ( ce qui n’est pas exact) Dans les pièces de celle-ci, on joue du théâtre ; il est tantôt public, tantôt comédien. A la fin on lui dit qu’il faut se changer pour revenir en ville. Une partie du personnel est commise aux pièces du rez-de-chaussée, l’autre envoyée dans les pièces du premier étage. Survient alors une querelle. Ceux du haut sont fâchés que ceux du bas n’aient pas fini et qu’ils ne puissent donc pas descendre. Son frère est en haut, lui est en bas. Fâché contre son frère qu’on soit pressé de la sorte. ( Cette partie n’est pas claire). On avait, au demeurant, dès l’arrivée, défini et réparti qui devrait être en haut et qui devait être en bas. Il monte ensuite seul la côte que la rue X. franchit en direction de la ville, et marche si lourdement, si péniblement qu’il ne bouge pas de l’endroit où il est. Un monsieur d’un certain âge vient l’accompagner en proférant des injures sur le roi d’Italie. A la fin de la côte il marche alors bien plus facilement.

Le transfert comme « transcription d’une langue dans une autre »

Le chapitre VI de l’Interprétation du rêve est intitulé «  Le travail du rêve ». Dans les chapitres précédents, Freud partait toujours du texte du rêve, de son contenu manifeste pour tenter d’y retrouver ce qu’il appelle « les pensées du rêve ». Dans ce chapitre, il inverse la démarche, il part en effet des pensées du rêve pour décrire comment elles trouvent à s’exprimer et quels sont les mécanismes qui sont à l’oeuvre dans la formation du rêve, sa fabrication sous forme de rébus.Nous y retrouverons à la fois le rêve de la monographie botanique que Freud va utiliser à nouveau pour expliciter ce qu’est ce mécanisme du rêve de la « condensation », puis un nouveau rêve que Freud lui-même à intitulé «  Un beau rêve ». Il est en effet très beau. Il y est question de pommes sur un pommier. Dans le bureau de Lacan, ses analysants avaient devant les yeux, allongés sur le divan, un petit tableau que j’aimais beaucoup, un pommier avec ses pommes dans une très verte prairie.

Un rêve de Freud, « orateur perpétuel faisant de l’obstruction au parlement »

Les rêves qui se trouvent dans ce nouveau chapitre, page 309 de la version J.P Lefebvre, ne sont là que pour mettre en évidence le fait que les rêves sont toujours égoïstes et sont des célébrations du Moi du sujet. C’est toujours lui le héros du rêve.

Celui que Freud décrit, page 310, rappelle un peu le rêve de la monographie botanique. Là encore c’est un livre exposé dans la vitrine d’un libraire qui provoque son rêve : « Le nom de la nouvelle collection est : orateurs (ou discours) célèbres, et le numéro 1 de la série porte le nom du docteur Lecher. » Comme ce fragment du texte est mis en italique, cela suppose que c’est le texte même du rêve. Il est donc très court.

Dans l’analyse de ce rêve, Freud s’étonne de l’intérêt qu’il porte à ce dénommé Lecher. Il le définit en effet comme « l’orateur perpétuel de l’obstruction allemande au parlement ». C’est donc un incorrigible parleur ou orateur mais qui ne le fait que pour empêcher les autres de parler. De fait, ce Lecher,  c’est lui,  Freud, obligé de parler plusieurs heures par jour avec de nouveaux analysants.

Le rêve de la « petite faiseuse d’anges »

Ce rêve sert d’exemple dans l’un des paragraphes de rêves typiques, des rêves de mort concernant des personnes chères. Tout comme le rêves de nudité doivent être accompagnés de gène, ceux de mort concernant les personnes chères doivent être eux aussi accompagnés de chagrin voire de larmes. Le désir exprimé dans ces rêves est bel et bien un désir de mort à l’égard de ces personnes pourtant aimées. Avant de présenter au titre d’exemple ce rêve de la petite faiseuse d’anges, Freud consacre deux ou trois pages à décrire ce qu’il en est de la jalousie infantile à l’égard des frères et sœurs et déploie toute une argumentation pour convaincre ses lecteurs de la réalité de ces désir de mort. «  Bien des gens qui aujourd’hui aiment leurs frères et sœurs et se sentiraient dépossédés par leur disparition, portent à leur rencontre dans leur inconscient, depuis une période précoce, de méchants désirs qui arrivent à se réaliser dans les rêves.

Un rêve de Freud surpris en tenue négligée par une servante

Ce rêve introduit toute une catégorie de rêves typiques concernant la nudité. Il se trouve toujours dans le chapitre « Matériau et sources du rêve » p. 278. Il écrit : «  Un jour je me suis épuisé à essayer de comprendre ce que pouvait bien signifier la sensation d’immobilisation, l’impression de ne pas pouvoir bouger d’un pouce […] dont on rêve si fréquemment et qui est si proche de l’angoisse. La nuit suivante je fais le rêve suivant : je sors en tenue très incomplète d’un logement au rez-de-chaussée et passe par l’escalier à un étage supérieur. Je grimpe trois marches à chaque fois, heureux de pouvoir monter des escaliers aussi agilement. Soudain je vois qu’une servante descend les escaliers et vient donc à ma rencontre. J’ai honte, voudrais me hâter, et c’est alors qu’intervient cet état d’immobilisation, je reste collé aux marches et ne bouge pas d’un pouce ».

Rêve « Le pape est mort »

«  Le Pape est mort ». Tel est le contenu manifeste de ce rêve, son texte, son récit. Ce doit être le rêve le plus court de tous les rêves de son livre (dans le chapitre « les sources somatiques du rêve ». Freud mentionne qu’il n’a pas de contenu visuel, c’est donc dire qu’il n’est pas arrivé au figuratif et donc n’a pas pris la forme de rébus. C’est donc un drôle de rêve, et de plus il ne peut pas l’interpréter tout seul. C’est Martha qui lui en livre la solution : les cloches du petit village du Tyrol où ils sont en vacances ont sonné à toute volée au petit matin. Freud a rêvé que le Pape était mort pour se venger d’avoir été ainsi dérangé dans son sommeil. Il dit s’être vengé ainsi de ceux qui l’avaient ainsi incommodés, ces «  chrétiens » mais aussi peut-être en écho à cette scène…

Le rêve de Freud à cheval, alors qu’il souffre d’un furoncle très mal placé

Freud analyse ce rêve avec beaucoup d’humour. Il souffre depuis plusieurs jours de furoncles. Un de ces furoncles de la grosseur d’une pomme se situe à la base du scrotum. Il a tenté de calmer les douleurs en y mettant un gros cataplasme. Ces ingrédients d’origine somatique se retrouvent dans son rêve mais n’en sont pas la cause. C’est ce que Freud tente de démontrer. Il se trouve en effet dans le paragraphe «  Sources somatiques du rêve » et dans le grand chapitre «  Matériau et sources du rêve ».

Voici le début du texte de ce rêve : «  Je monte un cheval gris, intimidé et maladroit d’abord, comme si j’étais simplement posé dessus. Je rencontre alors un confrère P. magnifiquement juché sur sa monture en costume de loden et qui me signale quelque chose ( sans doute que ma position sur le cheval n’est pas bonne). Je me trouve maintenant de plus en plus à l’aise sur ce cheval extrêmement intelligent, mon assise est confortable et je me dis que je suis parfaitement chez-moi là-haut. En guise de selle j’ai une espèce de rembourrage qui comble parfaitement l’espace entre l’encolure et la croupe du cheval… »

Le rêve du comte de Thun

Je désespère de pouvoir faire un compte-rendu un peu cohérent de ce très long rêve, le rêve du comte de Thun, ce sera à chacun d’aller le relire en gardant quand même à l’esprit ce jeu de mot sur le nom propre du comte de Thun que souligne Freud :  Pour se moquer de lui, on l’appelait « le comte Rien-Faire », le comte Nichthun, or le verbe « Tun », « faire » introduit ainsi à la trame même du rêve, il s’agit en effet du « faire » lié à l’apprentissage de la propreté et à la demande de la mère. Comme l’écrivait Freud dans l’une de ses lettres à Fliess, tu n’as pas idée de tout ce qui pour moi, tel un nouveau Midas, se transforme en merde. Dans le cas de ce rêve, c’est aussi en flots d’urine. (p. 184 de « L’interprétation des rêves » PUF et p. 248 de la traduction Lefebvre)

Un rêve de Freud, rêve des knödel (Suite)

Les souvenirs heureux et malheureux de Freud mis en lien avec son rêve

Nous en sommes toujours au chapitre « Matériau et sources du rêve ». Ce rêve trouve place dans la longue liste d’exemples où il démontre que dans le contenu manifeste du rêve on trouve toujours une « allusion » à un souvenir d’enfance. Cette fois-ci avec ce rêve, il décrit plusieurs souvenirs, les uns récents, les autres beaucoup plus anciens, le plus important étant celui où sa mère lui enseignait la parole biblique à savoir qu’on n’est que poussière et qu’on doit retourner à la poussière, l’année de ses six ans.

Je rappelle ici, le texte du rêve : « Je vais dans une cuisine pour qu’on m’y donne un entremets sucré. Il y a là trois femmes, dont l’une est l’aubergiste, et roule quelque chose dans sa main comme si allait faire des knödel. Elle me répond qu’il faut attendre qu’elle ait fini (ces mots là ne sont pas très clairs). Je m’impatiente et je m’en vais vexé. J’enfile un pardessus ; mais le premier que j’essaie est trop long pour moi. Je l’enlève un peu surpris qu’il ait une garniture de fourrure. Un deuxième que je passe est garni d’une longue bande ornée d’un dessin turc. Arrive alors un inconnu à long visage et courte barbiche pointue qui m’empêche de passer en déclarant qu’il est à lui. Je lui montre alors qu’il est partout couvert de broderies turques. Il demande : en quoi ça vous regarde ces (dessins, bandes…) turcs. Après quoi nous sommes très aimables l’un envers l’autre. » ( p. 244, traduction J.P Lefebvre)

Lecture ligne à ligne de l’Interprétation du rêve, l’oeuvre majeure de Freud

Navigate